Comment mieux récupérer après l’effort

Jean-Jacques MENUET | durée 16 minutes

Le but de la séance :


Comment mieux récupérer après l’effort, comment bien récupérer après une course ou un match de tennis ou de foot ; la récupération après l’entraînement ou la compétition justifie des adaptations physiologiques, nutritionnelles mais aussi mentales ;

Physiologie : avant tout la récupération active qui permet au cœur aux bronches et à des aspects biochimiques (hormones de l’effort, acide lactique, etc.) de revenir progressivement à la normale.

Nutrition : l’objectif est de restaurer les macro et micronutriments qui ont été sollicités pendant l’effort ; ce n’est pas l’objet de cet article ; sur mon site de conseils en médecine du sport vous trouverez de nombreux articles dédiés aux aspects nutritionnels de la récupération.

Le mental : oui ! l’installation d’un climat psychologique particulier permet d’optimiser le processus de récupération après l’effort ; voici un lien pour une séance de sophrologie qui peut être téléchargée facilement sur un téléphone portable ou un ordinateur. Cette séance de sophrologie pour la récupération se trouve sur un site spécifique que mon webmaster entretient, et qui contient de nombreuses séances à l’attention du sportif : comment préparer un objectif, comment mieux gérer une période d’inaptitude par exemple une blessure, comment mieux dormir pour bien récupérer, comment mieux gérer le mauvais stress qui empêche un sportif d’exprimer son potentiel, comment renforcer le mental pour perdre du poids, etc. Les séances sont proposées à un tarif très modique, qui permet d’entretenir le site. L’intérêt d’essayer une séance c’est de découvrir cet outil qu’est la sophrologie, puis alors de travailler en direct avec un praticien pour une approche personnalisée. De nombreux médecins et psychologues proposent des techniques adaptées au sportif : sophrologie, hypnose, relaxation, etc. Toutefois j’engage le sportif à se méfier de l’approche proposée par certains « gourous » qui profitent de la fragilité du sportif pour lui proposer des solutions à la limite de l’éthique : l’ésotérisme et le « mystique » n’ont rien à faire dans l’environnement du sportif, même si celui-ci est libre de choisir sa voie. Ma conviction est que le praticien qui propose d’accompagner un sportif doit se limiter à lui fournir un outil, que le sportif utilisera de façon autonome : c’est LE sportif qui gagne ; je souris quand je vois le nombre de pseudo « préparateurs » qui revendiquent une partie de la victoire d’un sportif : tout juste ridicule. Il faut rendre le pouvoir au sportif, de même qu’en tant que médecin j’ai toujours expliqué à mes patients que leur santé leur appartient. Pour en revenir à la séance de sophrologie-récupération que je propose, la technique est simple : la séance dure une quinzaine de minutes ; l’objectif est de s’installer dans un espace privilégié du mental, à la frontière d’un état de sommeil qui n’a rien à voir avec le sommeil, juste comme une « sieste » réparatrice pendant laquelle les muscles vont se détendre, de même que les fonctions digestives, le cœur, les bronches ; le sportif se met « entre parenthèses » pendant la séance, s’installe au contact avec l’intérieur de lui-même, visite son corps et ses sensations. Je vous souhaite une bonne séance Bien cordialement, Jean-Jacques Comment mieux récupérer après l’effort, comment bien récupérer après une course ou un match de tennis ou de foot ; la récupération après l’entraînement ou la compétition justifie des adaptations physiologiques, nutritionnelles mais aussi mentales ;
Physiologie : avant tout la récupération active qui permet au cœur aux bronches et à des aspects biochimiques (hormones de l’effort, acide lactique, etc.) de revenir progressivement à la normale.

Nutrition : l’objectif est de restaurer les macro et micronutriments qui ont été sollicités pendant l’effort ; ce n’est pas l’objet de cet article ; sur mon site de conseils en médecine du sport vous trouverez de nombreux articles dédiés aux aspects nutritionnels de la récupération.

Le mental : oui ! l’installation d’un climat psychologique particulier permet d’optimiser le processus de récupération après l’effort ; voici un lien pour une séance de sophrologie qui peut être téléchargée facilement sur un téléphone portable ou un ordinateur. Cette séance de sophrologie pour la récupération se trouve sur un site spécifique que mon webmaster entretient, et qui contient de nombreuses séances à l’attention du sportif : comment préparer un objectif, comment mieux gérer une période d’inaptitude par exemple une blessure, comment mieux dormir pour bien récupérer, comment mieux gérer le mauvais stress qui empêche un sportif d’exprimer son potentiel, comment renforcer le mental pour perdre du poids, etc. Les séances sont proposées à un tarif très modique, qui permet d’entretenir le site. L’intérêt d’essayer une séance c’est de découvrir cet outil qu’est la sophrologie, puis alors de travailler en direct avec un praticien pour une approche personnalisée. De nombreux médecins et psychologues proposent des techniques adaptées au sportif : sophrologie, hypnose, relaxation, etc. Toutefois j’engage le sportif à se méfier de l’approche proposée par certains « gourous » qui profitent de la fragilité du sportif pour lui proposer des solutions à la limite de l’éthique : l’ésotérisme et le « mystique » n’ont rien à faire dans l’environnement du sportif, même si celui-ci est libre de choisir sa voie. Ma conviction est que le praticien qui propose d’accompagner un sportif doit se limiter à lui fournir un outil, que le sportif utilisera de façon autonome : c’est LE sportif qui gagne ; je souris quand je vois le nombre de pseudo « préparateurs » qui revendiquent une partie de la victoire d’un sportif : tout juste ridicule. Il faut rendre le pouvoir au sportif, de même qu’en tant que médecin j’ai toujours expliqué à mes patients que leur santé leur appartient.

Pour en revenir à la séance de sophrologie-récupération que je propose, la technique est simple : la séance dure une quinzaine de minutes ; l’objectif est de s’installer dans un espace privilégié du mental, à la frontière d’un état de sommeil qui n’a rien à voir avec le sommeil, juste comme une « sieste » réparatrice pendant laquelle les muscles vont se détendre, de même que les fonctions digestives, le cœur, les bronches ; le sportif se met « entre parenthèses » pendant la séance, s’installe au contact avec l’intérieur de lui-même, visite son corps et ses sensations.

Je vous souhaite une bonne séance

Bien cordialement, Jean-Jacques



Seuls les membres connectés peuvent ajouter un commentaire:
Connectez-vous